lundi 10 octobre 2011

La Princesse au petit pois

Il était une fois, dans paradis fiscal lointain, un prince, beau comme Baptiste Giabiconi qui vivant encore chez ses parents, comme un Tanguy.

King Dad et Queen Mom en ayant marre de le voir squatter la console depuis son lit à baldaquin tentaient désespérément de lui faire rencontrer une princesse mais aucune ne lui convenait.
Ayant écumé Meetic, Facebook et même Adopte un mec, l'on du se rendre à l'évidence, Prince Baptiste était très difficile.

Jusqu'au jour, où, il fut pris d'une soudaine envie d'un Tall-Tchai-Tea-Latte-Soja au Starbucks d'à côté, et s'en alla le chercher. C'est alors, que devant lui dans la queue, une jeune fille fit non seulement la même commande que lui, mais y rajouta de surcroît une demi-dose de sucre roux et quatre secousses de vanille en poudre, exactement ce qu'il avait l'habitude de faire. Prince Baptiste sut alors que c'était ELLE, et alla engager la conversation: la belle inconnue était une Princesse en vacances dans la région.

Une heure plus tard, alors qu'il se mettait à pleuvoir (presque un déluge, paraît-il...), il lui proposa de venir avec lui au Chateau, en attendant que l'averse ne cesse.

Quelle ne fut pas la surprise de Queen Mom lorsqu'elle ouvrit la porte: son fils, avec dans les yeux des étincelles, et à son bras, une demoiselle.

- "Maman, je te présente ma dulcinée, c'est une tête couronnée!!"

La pluie ne cessant pas, on lui proposa donc de rester pour la nuit.
Mais Queen Mom n'était pas dupe: tout le monde savait que son fils cherchait l'amour, ça n'était pas un mystère, et surtout pas chez les roturières...Elle décida donc de piéger cette étrangère. Le lit était une pile de matelas sous lesquels elle plaça un petit pois.

Le lendemain, au petit déjeuner, l'on demanda à l'invitée comment s'était passée sa nuit et si elle avait bien dormi. Celle- ci répondit: "Affreusement, il y a avait un petit pois dans mon lit..."

La Belle avait la délicatesse (et les goûts de luxe) d'une véritable princesse. Queen Mom fut rassurée, et Baptiste pu l'épouser!

(Franchement, Queen Mom, c'était aussi simple de la Googliser...)

Librement inspiré d'un conte d'Andersen.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire